Régalage de l’échappement et contrôle final

, popularité : 30%

Réglage de l’échappement :

 Dévissez d’un quart de tour l’écrou de blocage de la vis de réglage du culbuteur.
 Glissez bien horizontalement la cale de 0.05 mm + 0.02 où 0.03 si vous avez entre la queue de la soupape d’échappement et la face de contact du culbuteur

Avec la clé BTR (où la pointe du tournevis selon le moteur) vissez où dévissez la vis de réglage
 pour que la cale de 0.05 passe bien àplat, très librement avec un léger jeu en excès .
 Pour que les cales de 0.05 + 0.03 passent horizontalement sans excès (passage « gras  »)

Prenez la cale de 0.10 et essayez de la passer entre le bout de la queue de soupape et le culbuteur : celle-ci ne doit pas passer.
Rappelez-vous : « La cale 0.05 passe très libre, la 0.10 ne passe pas  » pour le jeu àla soupape d’ échappement

Très important : Quand vous avez trouvé le bon réglage, il faut resserrer l’écrou jusqu’au blocage sans bouger la position de la vis en maintenant la position avec la clé BTR où le tournevis.

Après avoir bloqué l’écrou, re-vérifiez systématiquement le jeu.

Faites 3 à4 tours de vilebrequin, repositionnez le moteur au PMH explosion, puis contrôlez le jeu une deuxième fois

Remontez les pipes d’admission et d’échappement sans oublier les joints si présents au démontage.
Remontez le carburateur, support et commande du starter, revissez le(s) pointeaux selon vos relevés au démontage.

CONTROLE FINAL

Après tout démontage / remontage d’un moteur 4 temps, il est impératif d’effectuer 3 où 4 cycles complets dans le sens de marche, àla main et sans la bougie pour s’assurer de l’absence de point dur où de blocage.

Si vous sentez la moindre résistance, stoppez immédiatement, et trouvez l’origine du problème.

Ne prenez jamais le moindre risque en effectuant ce contrôle moteur remonté dans l’avion avec un démarreur électrique avec lequel on ne « sent  » pas le moteur.

LES « TRUCS ET ASTUCES D’EUL’BOYINGTON  »

 J’utilise un carburant faiblement nitré (5 %) composé de 16% d’huile de synthèse + 2% d’huile de ricin dégommée, soit 18% d’huile au total, jamais moins (Préconisation Constructeur : 20%).

Je rôde tous mes moteurs au banc selon la méthode suivante :
 10 séances de 30 secondes réglage « très gras  »
 10 séances de 1 minute idem
 10 séances de 3 minutes idem
 5 séances de 5 minutes réglage « gras  »
avec refroidissement complet entre chaque séance ( Plus rapide en hiver.. )

Pour limiter la formation de calamine inévitable et conserver la propreté interne de mes moteurs, j’utilise la solution suivante :
 Après chaque séance de vol, je redémarre mon moteur, je laisse le chauffe bougie en place puis plein gaz, et j’injecte par le carburateur plusieurs pulvérisations de « nettoyant / dégommant moteur ECOTEC  » ( pour 2 et 4 temps chez spécialistes automobiles).

OPERATION A REALISER IMPERATIVEMENT EN PLEIN AIR = FUMEES TOXIQUES

Ce produit élimine la calamine sur la tête de piston et sur les soupapes, il empêche aussi le « collage  » du segment dans la gorge du piston et nettoie la chambre de combustion.
La bougie doit impérativement être alimentée pendant l’opération sinon le moteur s’arrête.

Laissez rigoler les sceptiques : si vous doutez du procédé, faites un test sur un vieux moteur 2 temps bien gommé ....

Ensuite j’arrête le moteur, je vide le réservoir complètement, je redémarre le moteur jusqu’àarrêt par manque de carburant, j’enlève la bougie et j’introduis quelques gouttes d’huile pour armes, puis un bon brassage énergique.

J’espère vous avoir aidé àentretenir votre moteur, et n’hésitez pas àme faire part de vos propres expériences, où de me questionner par email, je vous répondrai avec grand plaisir !