Le rodage de soupapes

, popularité : 31%

Le rodage de soupapes

Cette opération très commune en automobile est adaptée àla taille des soupapes de nos moteurs :

Comme il n’est pas possible d’utiliser un rodoir de soupapes automobile (àventouses) beaucoup trop grand, nous allons contourner la difficulté de la façon suivante :

Placez la culasse chambre de combustion vers le haut dans un petit étau de table avec mors souples. Dégraissez àfond la soupape (j’utilise du nettoyant pour freins RENAULT)
Appliquez une goutte de colle cyanoacrylate au centre de la tête de la soupape, et collez l’extrémité de la baguette de bois dur en la centrant du mieux possible dans l’axe de la soupape.

Voilàun curieux montage me direz vous, mais cela va nous permettre de roder la soupape sur son siège avec facilité en suivant scrupuleusement les indications suivantes :

IMPORTANT : Relisez au moins 3 fois le paragraphe ci-dessous et assurez vous d’avoir bien compris la manipulation avant de commencer

Appliquez un tout petit peu de graisse sur l’extrémité de la queue de la soupape.
Appliquez un tout petit peu de pâte àroder très fine sur la portée de la soupape en faisant très attention de ne pas mettre la moindre parcelle de pâte àroder sur la queue de la soupape : il s’agit de roder le siège, et non le guide de soupape...

Introduisez doucement la soupape dans son logement jusqu’au contact avec son siège sans vous tromper d’emplacement ( Soupape d’échappement / Soupape d’admission ) : il faut « marier  » la soupape avec son propre siège.

Ensuite, àla manière d’un Indien démarrant un feu avec deux morceaux de bois , faites rouler la baguette entre les paumes de vos mains en plaquant légèrement la soupape sur son siège en effectuant 2 où 3 va et viens. Vous devez « sentir  » l’abrasion de la portée de soupape sur son siège.
Soulevez la soupape de quelques millimètres, faites làtourner d’un quart de tour, re-plaquez la soupape sur son siège et recommencez l’opération ainsi de suite trois àquatre fois.

Nettoyez àfond la culasse et la soupape au bout de sa baguette pour éliminer toute trace de pâte àroder, et examinez le siège de soupape en vous aidant d’une loupe au besoin : Le siège doit commencer àprendre la forme de la portée de sa soupape de façon perceptible àl’Å“il de façon uniforme et régulière sur tout le pourtour àla fois du siège dans la culasse et de la portée sur la soupape.
Dès que l’état des surfaces est satisfaisant, décollez la baguette de la soupape, éliminez les éventuelles traces de colle avec une lame de cutter, polissez la tête de la soupape au papier 1200 àl’huile, et voilà, et d’une de prête !

Vous avez bien mérité une autre pile du transistor Breton, mais pas plus : le deuxième siège de soupape vous attend !

Au passage, imaginez la corvée sur un PRATT & WHITNEY 18 cylindres en double étoile.....
Où pire, sur un V12 FERRARI avec 48 soupapes !!!!

Pour contrôler l’étanchéité d’une soupape, vous pouvez aspirer avec la bouche par le conduit d’échappement où d’admission avec la soupape maintenue fermée avec ma main : aucun passage d’air ne doit être perceptible.

Une fois les deux sièges et soupapes rodées et toutes les pièces parfaitement nettoyées ( la pâte àrôder est un abrasif redoutable... .), n’oubliez pas d’enduire d’huile fine chaque soupape avant remontage ( lubrification et protection anti-corrosion ).

Mettez les deux soupapes dans leurs logements dans la culasse, reprenez votre rondelle de caoutchouc dur, placez-làdans la chambre de combustion et posez la culasse sur le plan de travail.

Mettez en place les ressorts de soupapes un par un avec les coupelles de retenue des clavettes d’immobilisation des queues de soupapes.

Prenez garde lors de la remise en place des double clavettes de queues de soupapes dont le sens est cône vers le bas, les premières manipulations sont délicates car il faut d’un main comprimer suffisamment le ressort et la coupelle, et de l’autre main insérer les clavettes avec une pince àépiler ; faites vous aider par une deuxième personne au besoin.