La « Paoli » une belle aile volante ! une aile volante de grande envergure !

, popularité : 30%

En septembre avec deux copains on réfléchissait àun moyen de voler pour pas trop cher, d’une envergure de plus de trois mètres et qui soit fun. Rapidement le projet d’une aile volante pris jour. L’envergure, tant qu’a faire grand, fera quatre mètres.
J’avais vu sur le site àhttp://perso.wanadoo.fr/scherrer/ma... une aile apparemment facile àconstruire. En fait n’étant pas équipé pour la découpe précise de profil, notre choix c’est porté sur pour de la découpe numérique. A la réception de ma commande je me mets au boulot. Mes collègues, eux étaient finalement assez sceptique et décidèrent d’un commun accord d’attendre de voir voler la chose.

LE KIT

Une fois le coffrage terminé il faut découper les ailerons. Làun doute m’envahi, les ailerons sont minuscules. Le principe de coupe : moitié du saumon et un tiers de la demi envergure. Une fois coupées, ça fait vraiment petit. M’enfin, elle vole en 2m60 y a pas d’raison !!
Bon je rappelle le principe de la Paoli.
Profil E 205, une fois les ailerons découpés le droit va àgauche et le gauche naturellement va àdroite.
Dimensions de l’aile :
Emplanture 41 cm, saumon 16 cm. Flèche au bord d’attaque 63 cm. Poids 3kg5 en ordre de vol. Neutre des ailerons relevé de 20 mm.
Débattement : maxi partout et dual rate 50% sur la profondeur.

LE VOL

Bon maintenant passons au choses sérieuses. Le vol.
Les copains sceptiques ne participeront pas aux premiers vols, non mais des fois.
Premiers essais donc, un copain se charge de propulser la bête sur une pente sud ouest, dans la région de Troyes dans l’aube, mais avec un vent presque Ouest de 20 Km/h. Le lancé au départ n’est pas évident, une main au bord d’attaque et une main maintient le bord de fuite.

C’est partit, tout droit en plus, mais rattrapé de justesse àla profondeur, elle est trimé trop piqué. Bon c’est partit quand même, elle paraît lourde sur tous les axes, elle a du mal àvirer.
Mais elle grimpe c’est le principal pour l’instant, d’ailleurs c’est bizarre, au départ il fallait beaucoup soutenir àla profondeur et maintenant il faut sans arrêt la piquer. Essai de centrage et là, la lourdeur s’explique : elle est carrément centrée avant, pourtant à20% comme indiqué dans la formule Paoli. Le centrage sera reculé jusqu’à30% et làc’est autre chose plus vive sur
les ailerons mais acceptable sur la profondeur grâce au dual rate. Bon elle monte toujours et dans les virages il faut pousser : c’est marrant.

Elle est assez rapide pour une aile, la boucle passe les doigts dans le nez, mais il vaut mieux les laisser sur les manches ; le tonneau, il faut oublier et il y a intérêt àavoir de l’eau sous la quille car au moment de passer sur la tranche, on se retrouve avec un morceau de bois quelconque.
La descente est rapide, et pour la rattraper il se passe quelques secondes interminables. Je ne retente plus la manœuvre.
J’ai par la suite essayé avec plus de vent. Jusqu’à40 Km/h ça va, au-dessus ce n’est plus agréable.
Dans le petit temps, sans thermique, un tour et on pose si on ne veut pas descendre au trou.

A voir avec des thermiques mais pour l’instant le mieux c’est 20 à30 km/h de vent.
Prochaine modifs, une couche de fibre àl’intrados, ça marque le balsa àl’attero, et une sorte de demi fuselage àl’emplanture en fibre aussi.
Voilà, il faut dire que je la voyais plantée des le départ, àforce que tous le monde me dise que ça ne volera pas on finit par y croire.
Maintenant une deuxième aile va bientôt voler aussi, la troisième n’est pas prévue pour l’instant.
Si la construction de cette aile vous tente, n’hésitez pas une demi seconde, faite-la !
Ca permet un vol différent, un bon rapport satisfaction poids, il n’y a pratiquement que des avantages, le seul inconvénient peut-être c’est pour la lancer tout seul. Moi j’y arrive et ça ne me paraît pas trop difficile mais je pense que sa peut poser des problèmes àcertains, mais on trouve toujours des âmes charitables sur les pentes.
Mon adresse E Mail pour des renseignements : faivet.francis@wanadoo.fr
Osez !
Et bons vols !