L’affreux jojo Test d’un plan RCM

, popularité : 31%

Tout d’abord, inutile de sauter dans le dernier RCM sorti pour essayer de trouver le plan de l’affreux jojo dans la liste des anciens numéros, il n’y est pas...
Non pas qu’il soit épuisé mais simplement parce que son vrai nom est le CUPIDON... (il porte d’ailleurs bien son nom car possédant un stab et une dérive en forme de coeur...)

Historique :

L’affreux jojo s’appelle donc en réalité le Cupidon.
Je vous propose cet essais car l’indoor se développe de plus en plus et surtout, ce modèle àétait testé et re-testé...
En effet, plus de 10 affreux jojo ont déjàétait réalisés dans notre club !
Les modifs :
Pour que cette avion soit le plus simple et le plus rapide àconstruire (pour une structure en bois), les formes générales ont étaient simplifiées :
 suppression de la dérive et du stab en forme de coeur et remplacement par un ensemble de forme plus traditionnel réalisé en baguettes.
 Ã©largissement du fuselage pour y caser un équipement de taille moyenne...
 modification de la forme des saumons de l’aile pour ne pas avoir àfaire de lamelle collé (c’est plus rapide...)

La construction en quelques lignes :

Rien de bien sorcier au niveau de la construction, l’aile est simplement construite en structure tout balsa avec un bord d’attaque et un bord de fuite en balsa 6mm rond et des nervures dans du balsa 1.5mm pour les intermédiaires et 4mm pour celles des saumons et de l’emplanture...
Un morceau de tube carbone a était rajoute au bord d’attaque de l’aile pour mieux faire passer l’élastique mais surtout pour renforcer le centre de l’aile qui reçoit pas mal d’effort... (voir au chapitre vol...)
Le fuselage est une simple caisse en balsa prolongée par un tube de flèche en carbone...
Les supports de l’aile sont en samba 4*4 et le support moteur aussi...
L’aile et le stab sont entoilés aux film alimentaire pour mon modèle ou aux litespan pour certains autres du club (le film alimentaire étant aussi léger mais nettement plus pratique àappliquer...)

L’équipement :

je vole soit avec des servos de 9 grammes ou des servos de 5.5grammes (suivant les modèles en état de vol), la différence ne se ressent pour ainsi dire pas...
Le variateur est un Nes 050 (supportant 5 Ampères en pointes...) et mon récepteur est un Pico 4/5 de chez multiplex.
La motorisation est confié pour ma part a un speed 280 reducté 5:1 mais un mabushi 180 reducté 8:1 est nettement mieux adapté...
Les hélices utilisées reste cependant inchangées, il s’agit des hélices IKARUS marron qui sont très solide et ne coà»tent pas très chères...

Le vol :

La partie que tout le monde attendait le plus...
Et bien là, la motorisation y joue pour beaucoup :
 Avec mon speed 280 reducté 5:1, le vol est pépère mais alors vraiment pépère, la montée est lente, les virages en douceur : pas de quoi se faire peur...
Pour moi c’est trop mou mais bon, c’est une question de goà»t...
 Avec un speed 280 reducté 4:1, le vol est un peu plus nerveux mais toujours rien d’extraordinaire, le vol est celui d’un indoor maniable mais sans plus...
 Avec un mabushi 180 8:1, le vol devient dément, le modèle a un taux de montée fort sympathique, il est ultra maniable (capable de tourner quasi sur place) sans pour autant être vicieux, il vole assez vite mais laisse largement le temps d’éviter les murs quand même (et si il n’y a pas le temps, il suffit de cabrer un bon coup pour le faire rouler un instant sur le mur avant de le laisser retomber dans un virage sur l’aile (une sorte de renversement mais contre le mur quoi... ))
La voltige devient possible (attention, on parle quand même d’un indoor 2 axes donc ce que je nomme par voltige s’apparente plutôt a un vol qui remue...)
Une fois les beaux jours revenus, le vol en extérieur devient possible et même très agréable :
Làle looping devient possible (doucement quand même, l’aile n’est pas incassable) et le vol dure nettement plus longtemps (on peut même planer en utilisant les ascendances qui sont facilement repérables vu la faible charge alaire de la bête...)
Avec les autres motorisations, le vol en extérieur est nettement plus calme et dans ce cas, l’affreux jojo devient un excellent park flyer pour voler dans son jardin les jours sans vent (enfin, assez grand le jardin quand même hein !!!)

Voila, j’espère que cet article vous aura incité a vous lancer dans la structure traditionnel car la construction n’est pas beaucoup plus longue, c’est beau et ça dure beaucoup plus longtemps qu’une structure en polystyrène qui finit rapidement sa course dans un poteau de basket a force de chercher a s’en rapprocher... L’avantage de la structure est que les travail étant plus long, on fait plus attention a son modèle ce qui n’est pas plus mal...
Surtout que pour un prix de revient d’environ 15 € pour l’ensemble de l’avion, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous lancer...
(Au fait, si certain souhaitent avoir ce modèle pour aerofly, prévenez moi, si j’ai pas mal de demande, j’essayerai d’en faire un...)

Vincent