Le FW190-D9 au terrain

, popularité : 25%

Le vol

C’est donc très confiant (quoique !!! ) que je suis arrivé, par une journée sans vent,
sur le terrain de Saint-Paul-Les-Romans où nous bénéficions d’une très belle piste goudronnée.
Décollage en maintenant la roulette arrière au sol avec un léger ordre àcabrer durant les premiers mètres du roulage,
l’avion file droit et quitte le sol quasiment tout seul.
Petits réglages des trims, et, rien àdire, tout va bien.

Deux circuits rectangulaires pour bien "sentir" la bête puis essais de décrochage face au vent (quasiment nul),
et là, me voilàvraiment rassuré :
le FW 190 D ne décroche que très tardivement et se rattrape facilement. Un peu d’accro. pour me faire plaisir :
boucle droite, boucle inversée, tonneau, renversement, vol dos (avec un peu de piqueur) ,
tout passe sans problème.

Et làje ne regrette vraiment pas d’avoir installé le train rentrant, quelle allure et quelle finesse ! ! !
Le peu de travail supplémentaire est largement justifié.
Présentation pour l’atterrissage et la surprise arrive àce moment-là :
l’avion est tellement fin qu’il avale toute la piste sur ses deux roues.
Quand je veux plaquer la queue au sol il a une fâcheuse tendance àredécoller ;
arrivé au bout au contact de l’herbe un peu haute il passe sur le nez et le capot en prend un léger coup.
Par contre lorsque le vent se met de la partie l’atterrissage est plus aisé et ne pose aucun problème.
Après quelques atterrissages du style "pylône" (qui est plutôt àéviter) il m’a fallu refaire un capot en résine en me servant de celui d’origine pour faire un moule en plâtre.
En effet le capot moteur plastique est bien fin et n’a pas supporté les chocs ainsi que les vibrations.
J’aurais dà» le monter sur Silentblocs type passe fil en caoutchouc dés le départ. Tant pis pour moi.
Il fallait que je trouve une solution pour éviter ce problème par vent nul pour ne pas toujours arriver en bout de piste àla limite du décrochage.
Mon ami Pierrot (pas celui de la lune) me conseillait l’installation de volets d’intrados comme sur l’avion réel. Il est bien gentil mais l’avion était fini,
il volait bien et il était peu chargé avec ses 4 kg.
Ce nouveau capot était mon premier moulage en résine et j’ai eu la main un peu lourde de peur qu’il ne soit fragile.
Mais si je ne faisais rien le capot était condamné àplus ou moins longue échéance et finir un beau vol par temps très calme
par un tel atterrissage n’est pas très heureux.
Je me décidai donc àentreprendre cette modification.
Et voilàune nouvelle fois le FW 190 D sur le chantier.
Les volets J’ai découpé le coffrage d’intrados àl’emplacement des volets et des renvois d’angle puis àl’aide d’un fil mis en forme et chauffé
(même principe que pour la découpe des ailes) j’ai découpé le polystyrène aux dimensions des volets et des renvois d’angle.
J’ai habillé les logements des renvois d’angle avec du balsa 2mm et la découpe des volets
avec du samba 4/10 collé a la vinylique.
J’ai passé les gaines de commande des volets en utilisant la même méthode que pour les ailerons
mais la longueur de perçage étant plus courte l’intervention en a été facilitée.
Les volets eux-mêmes sont constitués de balsa 15/10 contrecollé àcontre fil avec du samba 4/10 avec
sur toute la longueur du profilé demi rond de 6 mm en pin au niveau
de l’accrochage des charnières ce qui donne la rigidité longitudinale
et autorise l’implantation de vis pour fixé les charnières.
J’ai fait l’articulation avec des charnières spéciales volet collées et vissées sur l’intrados de l’aile
sur des petites platines en ctp 20/10 collées àl’époxy dans l’aile àras du coffrage.
La pose du servo et identique àcelle des ailerons.
L ’ angle d’ouverture max. des volets et d’environ 90°.
En définitif cette modification ne m’a pas pris beaucoup de temps et le supplément de poids est de l’ordre de 200 g
ce qui conduit àun poids total de 4,2 kg (où sont mes 3,8 kg d’antan ! ! !).
Reste àsavoir ce qui se passera en vol.

Nouveau vol par vent quasiment nul pour tester ces fameux volets !
Malgré l’augmentation de poids je ne sens pas de différence notable en vol normal,
c’est une bonne chose et Pierrot ne se fera pas engeu... tout de suite.
L’avion vol toujours aussi bien par contre àl’atterrissage la différence est flagrante.
Merci du conseil, Pierrot, et il n’est plus du tout question d’engeu....
Làoù il me fallait toute la piste (environ 100 m ) pour poser l’avion, une petite moitié me suffit,
et il répond parfaitement aux ordres donnés àbasse vitesse, aucune tendance àembarquer.
Les atterrissages se font avec juste ce qu’il faut de moteur et si je suis un peu court
il n’y a qu’a travailler l’atterrissage aux gaz.
On croirait un réel.

Et quel régal que les passages bas, vitesse réduite (pas trop tout de même) train et volets sortis,
suivi d’une remise des gaz en rentrant le tout.
Après y avoir goà»té je peux dire que de poser un avion avec volets c’est vraiment différent et agréable
et je n’hésiterai pas en mettre sur mon prochain modèle s’il est un peu rapide.
Pour conclure je dirais qu’une nouvelle fois et plus de 10 ans après je n’ai vraiment pas été déçu par ce kit de Mick Reeves.
La construction est facile et loin d’être fastidieuse, le vol ne pose pas de problème,
quant àl’esthétique les photos montrent ce qu’il en est, on aime ou on n’aime pas.
Bien sà»r je parle du kit tel qu’il est livré car vous n’êtes pas obligé (loin de là) de faire les modifications que j’y ai personnellement fait
c’est àdire le train rentrant au lieu du train fixe et l’installation de volets d’intrados.
En effet si je n’avais pas monté le train rentrant le poids aurait été inférieur de 150 gr au départ et je n’aurais sà»rement pas été amené àmonter les volets.
Mais je ne le regrette pas car cela apporte un intérêt supplémentaire au pilotage. Il n’y a pas de mal àse faire plaisir !!
D’autre part c’est un modèle qui, je pense, n’est pas très fréquent sur nos terrain,
on voit plus fréquemment des "War bird" anglais, américain ou français
et parmi les avions allemands de la dernière guerre le FW 190 A est plus connu.
Ce kit débouche sur un modèle qui a fière allure, qui vole bien (et je ne suis pas un grand expert du pilotage)
et dont le temps de construction n’est pas très long.
C’est donc un modèle qui peut être fait par quiconque se débrouille correctement au niveau pilotage
car il n’est pas vicieux du tout et je crois qu’il est toujours plaisant de faire voler un bel avion pour des gens qui comme moi
pratique le modèle réduit comme un formidable moyen de se détendre et de se faire plaisir.

Bon vol àtous.

Christophe Gremillet