Aeromodelisme.com - Le webzine de l’aéromodélisme

Accueil > Les Tests > Zeppo Laser 3D de Simprop > Zeppo Laser 3D de Simprop 1/4

Zeppo Laser 3D de Simprop 1/4

jeudi 12 février 2004

Malheureusement nous avons sur notre terrain une interdiction de vol entre mi avril et le deuxième dimanche de juillet. Durant cette période nous pouvons aller voler sur un terrain d'un autre club, mais ce n'est pas la porte à coté. Comme je veux quand même profiter des premiers mois de beau temps pour voler, je me suis décidé a acquérir un petit avion électrique. Ca permet de voler derrière la maison et de ne pas se prendre la tête pour la mise en route. Apres plusieurs années d hésitations à cause du prix a mettre pour se lancer dans l électrique, je me suis décidé à franchir le pas, avec l'espoir de ne pas trop dépenser. Ne m'ayant jamais intéressé à l électrique, une petite recherche sur Internet s'imposa ! Le modèle se devait de posséder de bonnes aptitudes à voltiger, voir 3D afin de ne pas être ennuyant et de ne pas perdre ses réflexes. Le Zappo de simprop semble remplir toutes ces conditions. De plus le kit est livré avec moteur et boîtier de démultiplication, et selon les sites Internet les qualités de vol ne sont pas en reste. De plus le kit se trouve pour 80€ ce qui reste raisonnable. Le régulateur est commandé en même temps. C'est un rondo 400 de Kontronik, qui est pratique car il peut se souder directement sur les deux pôles du moteur, et selon un ami cela permet de réduire les perturbations vers le récepteur. Pour les servos, je pensais me servir des FS500 de Robbe que j'ai en stock afin de limiter les dépenses pour cet avion. Pour l'accu, on verra plus tard.
Une semaine après la commande la boite du Zappo arrive. Des l'ouverture de la boite, une odeur de bois brûlé se dégage. C'est désagréable mais avec le temps les pièces perdent cette odeur. En contrepartie la découpe des pièces est nette et précise. Normal me direz vous. La qualité du bois est très bonne, mais le poids n'est pas optimal. Il est possible d'avoir des planches encore plus légères, mais ce bois blanc doit être moins bon pour la découpe au laser. Mais bon, je n ai pas envie de me farcir toutes les découpes à la main pour gagner encore quelques grammes. Parce que question allégement, toutes les pièces ont pris une cure d'amaigrissement, sans pour autant nuire à leur solidité lors de l assemblage (il faut quand même faire attention). Ca semble être du tout bon !. La verrière est OK, ainsi que le capot moteur qui est en ABS blanc. Ce dernier étant en deux parties qu'il faudra assembler bord à bord. Les divers accessoires sont aussi présent comme les guignols, les tiges de commandes pour ailerons et profondeur et le câble aller-retour pour la direction. Le moteur ainsi que les engrenages sont montés dans un bloc plastique, qui est a fixé sur le couple pare-feu. Simple et pratique. Le moteur de classe 300 selon la notice, peut être démonté et échangé contre un Speed 300 de Graupner par exemple. L'axe d'hélice tourne sur deux paliers en bronze. Pour ce type de moteur je pense que cela est suffisant. L'hélice, son cône et le train d atterrissage complètent le sachet. Il ne manque que des charnières donc ! La notice en quatre langues (dont le français) est illustrée de photos ainsi que d'un plan des différentes planches de bois fournies avec le numéro des pièces. Pas toujours très pratique, j aurais préféré avoir le numéro gravé au laser sur les planches. Après une étude rapide du plan (à l'échelle 1 :1) je m'aperçois que les servos FS500 sont un peu trop gros pour être monté sans grosse opération chirurgicale. Alors hop on commande en plus 4 mini-servos de 9grammes de marque " Dyamond ". D'après certains commentaires lu ça et la sur Internet, ils présentent un bon rapport qualité prix. On verra bien.. document 214 Voici les quatre servos et le régulateur. {{{La construction:}}} Les premiers assemblages : Selon la notice on commence par l'assemblage de l'aile. Suivons la notice pour l'instant. Après quelques minutes, les différentes pièces sont détachées des planches sans aucuns problèmes, et les deux demi ailes sont déjà prêtes à sécher. Ca a été trop vite là ? c est normal ! l'aile s assemble sans le moindre problème grâce aux très bonnes découpes. Tout s assemble comme avec les legos. A la limite tout tiendrait sans colle, mais bon faut quand même en mettre.... Dans la foulée et vu que je me suis à peine échauffé pour ce collage, j attaque aussitôt la construction du fuselage, des gouvernes et de la dérive. document 216 Voila donc le résultat après même pas 1h30 de travail. Ca n arrive pas souvent quand même! document 217 Vue de détail du saumon de l'aile. Comme on peut le voir, les nervures sont très ajourées, et malgré cela elles restent solide. document 218 document 219 Ici le fuselage. Il est aussi très ajouré. Le montage, ici aussi se fait sans problèmes vu que tout s'emboîte sans aucun problème. document 220 L'empennage, le stabilisateur, les gouvernes de profondeur et la direction se montent et se collent directement sur le plan (recouvert auparavant d'un film plastique). Comme le reste jusqu'à présent, la construction se passe sans accrocs et fait vraiment plaisir. document 221 Une fois les deux demis ailes séchées, on les réunies avec la clé d'aile en contre-plaqué. Attention a bien plaquer a plat le longeron sur le plan sous peine d'obtenir un léger dièdre. C'est ce qui m'ait arrivé, sans graves conséquences pour le vol. Suite du test: [->art31]