Scorpion 2 de Cévennes Concept Modélisme (CCM) 2/2

, popularité : 8%

MONTAGE DU FUSELAGE

Commençons par le plus salissant, car le nettoyage deviendra vite difficile dans le fuselage encombré...
Il s’agit du perçage du fuselage pour laisser passer les rallonges des servos d’ailerons. Faute de disposer de tout petits connecteurs (mais je n’ai pas dit mon dernier mot), j’ai donc percé un trou d’environ 20x5 mm (àla fraise cylindrique) : 2 minutes de fraisage et 10 minutes de nettoyage des poussières incrustées àl’intérieur du fuseau !
ATTENTION : ne percez pas trop large, car ça fragiliserait dangereusement le renfort en CTP interne (j’y pense àchaque catapultage musclé ...)
Et voilàle résultat, avec les rallonges en place :

La seconde étape doit également être opérée avant équipement du fuselage : il s’agit de la pose du crochet de catapulte. Je l’ai positionné àla hauteur du bord d’attaque, et après essais, c’est la bonne position. Mais ce crochet ne peut en aucun cas être utilisé pour du treuil ou du sandow : il faudrait le reculer, mais il tomberait en vis àvis du trou de vissage et empêcherait le montage de l’aile, dommage...
J’ai collé àl’intérieur du fuselage une plaquette CTP 1mm de 15x50mm, renforcée par un tissu de verre 50 gr/dm2 fixé àla résine.
Après séchage puis perçage du fond de fuselage, il suffit de visser le crochet (GRAUPNER) et hop, le plus dur est fait !
En voilàune vue :

Avant la suite, il est encore temps de glisser en force et pousser quelques morceaux de mousse dure répartis dans la queue du fuselage pour éviter aux gaines de flamber et de créer un jeu néfaste pour la précision des commandes.
Dernière étape préparatoire : la platine servos. Alors là, il faut bien préparer son coup. J’ai utilisé 2 pico-servos EUROLINE PICO-POWER (dispo chez TOPMODEL) car ils sont légers, petits, rapides et àtrès faible jeu. De toute façon, seuls des servos de ce type permettent un montage côte àcôte et évitent ainsi des maux de tête indescriptibles pour essayer de tout faire rentrer.
ATTENTION : avant de coller la platine, il faut faire un montage àblanc de tout l’équipement pour s’assurer que :
 les servos ne touchent pas le fond du fuselage,
 les guignols servos ne se bloquent par sur l’appui de verrière,
 l’accu peut être introduit et enlevé sans découper le fuselage (je plaisante !)
 le récepteur peut encore se faufiler dans l’arrière du fuselage.
Dans mon montage, tout rentre avec une "large" marge de 1 mm ...
La platine peut alors être pointée àla cyano, collée àl’époxy puis renforcée par un tissu de verre (30 à50 gr/dm2) qui remonte bien sur les flancs du fuselage.

Passons enfin aux choses sérieuses : les commandes.
Je n’avais pas confiance dans les guignols en "tige tordue" de MULTIPLEX (peut-être àtord, mais quand on le sent pas ...). J’ai donc collé àla cyano des guignols spécifiques empennage en V (GRAUPNER) après avoir inséré et formé en baïonnette les deux CAP. Encore une fois, faire des essais avant collage pour s’assurer du bon axe de tout ça et de l’utilisation complète et symétrique des courses des volets :

Et maintenant, l’épreuve de force pour les nerfs ... l’installation radio.
Pour éviter tout jeu superflu (risque de flutter), j’ai préféré ne pas monter de chape côté servo !!! Il suffit juste (hum ...) de tordre les CAP juste en vis-à-vis des trous des guignols des servos et le tour est joué. Résultat : pas un poil de jeu , super !!!
Il ne reste alors qu’às’exciter pour enfiler le récepteur derrière la platine (dans mon cas un GRAUPNER R700) et l’accus (dans mon cas : 4 éléments NiCd 350 mA). Pas la peine de s’inquiéter pour l’interrupteur, il n’y a pas la place (connexion par 2 rallonges). Seul subsiste un petit emplacement pour le lest de centrage. Pour ce dernier, j’utilise des olives de pêche, puis je complète avec des pièces de monnaie : c’est précis et reproductible lors des essais de centrage. Le tout est stocké dans un petit sachet plastique, coincé sur le flanc de l’accus :

Pour me détendre, j’ai modifié la fixation de verrière :la corde àpiano fixée àl’intérieur est rigide (ouverture/fermeture très énervante...) et l’appui de verrière n’est pas d’un ajustage parfait (ouvertures gênantes en vol). J’ai donc supprimé la CAP, et j’ai fixé la verrière avec une charnière et un verrou en scotch "cristal". Le résultat : simple et parfaitement efficace.
Et voilà, le montage est terminé. Il aura pris également une dizaine d’heures, réparties sur quelques soirées pour respecter les temps de séchage.
Résultat des courses : 645 grammes (lest inclus), tout se présente parfaitement bien.
Et maintenant, passons aux réglages !

REGLAGES

 Centrage La notice propose 57 mm pour commencer, et la limite max de 59 mm.
J’ai commencé à59 mm, mais j’ai fini à61 mm du bord d’attaque ! Voir les essais en vol...
Pour cette dernière valeur, j’ai ajouté 33 gr de lest près de l’accu réception.
 Courses
Déjàplus faciles àfaire, voici les réglages que j’ai adoptés après quelques vols :
("+" signifie vers le bas)
 profondeur : +5/-5 mm , avec 25% d’exponentiel
 dérive : +5/-5 mm , avec 50% d’exponentiel
 ailerons : +9/-11 mm , avec 50% d’exponentiel
 aérofreins : +10 mm (si, si c’est bien les ailerons vers le bas !)
 Mixages
 aérofreins donne profondeur : profondeur abaissée de +1mm pour pleins aérofreins
 profondeur donne volets : ailerons à+5/-5 mm pour toute la course de la profondeur
 différentiel d’aileron : 20%
 mode "durée" : ailerons baissés de 5 mm (sur switch en bout de manche)
 mode "vitesse" : ailerons relevés de 1 mm (sur switch en bout de manche)
Et voilà, peu de réglages, mais àmener précisément et àaffiner selon les goà»ts de chacun....
De toute façon, il ne vaut mieux pas compliquer la configuration par de multiples switch et mixages, car la bête vole suffisamment vite pour que l’on n’ait pas le temps de s’en servir ou de se déconcentrer !!!

ESSAIS EN VOL

Premiers vols de réglage
La première session d’essais s’est faite au club AMCY de Tremblay sur Mauldre (78).
Elle débute par les vérifications habituelles du sens des commandes, de leur course et du centrage. Et c’est parti pour quelques petits lancer main face au vent. Une petite retouche de trim àcabrer et c’est tout ! Le bougre avance gentiment, mais surtout allonge énormément. Tout va bien, on peut passer àla suite.
Bon, ben faut y aller ! J’installe la catapulte : mon piquet de pêche auquel j’attache 6 m de sandow 8mm multibrins (type CASTO). Ce n’est pas la grosse Bertha mais ça permet de démarrer en douceur.
Et c’est parti : HOP, 40 mètres de haut ! (ça promet quand on sortira la catapulte de guerre...). Et là, c’est la révélation : UNE FINESSE EXTRAORDINAIRE : je me fais piéger àchaque fois pour l’atterrissage, il ne veut pas descendre ! J’ouvre les aérofreins et à, oh douleur, descente rapide. J’avais voulu faire "comme d’hab" en relevant les ailerons. Résultat, il descend mieux, mais accélère fortement et avale le terrain en quelques secondes : BOF. En fait, il vaut mieux respecter la notice qui suggère de baisser les ailerons...
Deuxième constat, les ailerons sont trop nerveux, un peu d’exponentiel les calmera. C’est cette nouvelle valeur (50%) que j’ai récapitulée dans le chapitre des réglages.
Troisième constat, un étrange comportement vis àvis du centrage.
Comme je vous l’ai décrit dans le chapitre des réglages, la notice propose de débuter à57 mm, et de se limiter à59 mm. J’ai donc démarré à59 mm (!...), puis je l’ai amené progressivement à61 mm du bord d’attaque.
Ce n’était pas le fait d’une remontée durant le test du piqué, mais plutôt àcause d’une correction systématique de trim àcabrer.
En effet, le scorpion a un comportement assez étrange durant le test du piquer : il garde l’assiette àpiquer que je lui impose, quel que soit le centrage (du moins dans une plage raisonnable). Les variations de centrage jouant sur l’attitude du planeur et la correction du trim, sa finesse variant légèrement entre excellente et excellentissime (!...) et sa vitesse min de décrochage.
En bref, une bestiole hyper performante, qui sort des sentiers battus pour affiner les réglages...
Quatrième constat (la honte...)
En plein vol : Boum, au tapis après une embardée d’aileron ! Après quelques secondes d’angoisse, je vais voir : aucun bobo !
Je décide donc de faire un essai de portée radio (Oh, ça va, ne riez pas ! Je le suggère àchaque débutant avant son premier vol ...) et là, surprise, parasites à10 mètres (antenne Tx rentrée). Au bout d’une heure d’investigation àplusieurs autour de la bête, on a enfin trouvé : j’avais changé le quartz Rx. Il s’agissait d’un FUTABA (pour un GRAUPNER àl’émission). Retour àla maison pour corriger tout cela... Ca a marché beaucoup mieux avec un quartz GRAUPNER àla réception.
Cependant, je trouvais que le récepteur REX 5+ ne portait pas autant qu’avec mes récepteurs GRAUPNER. J’ai donc fait l’essai d’un Rx R700 GRAUPNER dont NPM m’a vanté la très bonne sensibilité et sélectivité. Depuis, je n’ai plus aucun pb, et une portée d’enfer antenne Tx rentrée (comme avec mes autres Rx GRAUPNER et quartz de la même marque)
Seconde session d’essais
Toujours àl’AMCY, je commence cette seconde session par un essai de portée et quelques lancer main : tout est OK.
J’installe donc la catapulte de course : 6 mètres de tube creux pur latex 14 mm (!!...) et 5 mètres de fil costaud, je recule de 15 pas et c’est parti. La bête est satellisée à75-100 mètres en un rien de temps, sans aucun bruit de traînée parasite, au point que je commence àdouter de l’intérêt des mes planeurs électriques !
Après plusieurs heures de lancer, voici un petit résumé des caractéristiques de vol
CATAPULTAGE :
Redoutablement efficace avec le 14mm creux. Trois précautions àprendre :
 Ã©metteur et récepteurs allumés ...
 trims correctement réglés
 catapultage bien face au vent pour ne pas trop dévier la trajectoire (mais ce n’est pas dangereux)
L’accélération s’opère bien horizontal, puis ressource presque verticale et arrondi avant chute de la vitesse.
Chaque tir monte àenviron 75-100 mètres, ce qui donne en moyenne 1à2 minutes de vol sans ascendance selon les bêtises faites durant la descente.
Je ne tire cependant pas toujours au maximum des possibilités de la catapulte, car un tout petit flutter d’empennage semble apparaître (mais àune vitesse d’éjection déjàinavouable...).
Par contre, aucune ombre de tendance d’once de début de flexion de l’aile !
VOL LENT :
Pour transformer le véloce Scorpion en adorable agneau, il suffit de baisser les ailerons de quelques mm. Il ralentit très nettement, perd un peu en finesse mais permet de centrer de petites ascendances ou traverser paisiblement une zone un peu porteuse. IL est indispensable de soigner les 3 axes pour ne pas s’enfoncer en virage. Néanmoins, aucune tendance au décrochage vicieux ! Son allure de rapace et ses ailes elliptiques ne le laissaient pas présager ! On peut même s’offrir des virages grande incidence àfaible vitesse sans décrochage. Ca tient du miracle !
Une autre méthode consiste àlui tirer un peu la profondeur, il adopte alors une allure de vol plus calme, mais ce n’est pas aussi stable qu’avec les ailerons baissés, car dès que l’on lui baisse le nez, il repart comme une fusée. En résumé, sa très large palette de vitesse lui permet donc d’accrocher sans aucun problème des pompes, même faibles ou étroites.
Le décrochage arrive vraiment tard, en prévenant bien : le Scorpion ralentit, devient mou, bat des ailes, clignote et pousse un cri (mais non, je rigole !) et décroche enfin pour se rattraper (tout au neutre) environ 5 mètres plus bas. Rien de bien méchant (je vais peut-être encore reculer le centrage ?)
VOL RAPIDE :
Un seul mot : c’est un faucon !
Il n’est pas nécessaire de relever les ailerons, il file comme un éclair et surtout sans aucun bruit !
Bravo àCCM pour la minimisation des traînées parasites et pour le choix des formes et profils.
Il suffit donc de lui baisser le nez pour qu’il s’installe sur sa trajectoire et n’en bouge plus ! Il n’en bouge plus du tout !! Non, plus du tout !!!!!
un coup d’aileron bref pour le passer sur la tranche, et il fait demi-tour sur place dès la profondeur tirée. Et toujours aucune tendance au décrochage même si on tire exagérément.
En résumé, un sacré fonceur, et silencieux de surcroît. Et làencore une finesse exceptionnelle, qui sidère tout le monde par le nombre de traversés de terrain sur un seul catapultage. Je n’ai pas encore tenté trop d’acrobatie (quelques boucles et vols dos...) car j’ai du pain sur la planche pour apprivoiser toutes les ressources de la bête.
Si vous êtes intéressé par des essais poussés en grande vitesse, vous pouvez vous reporter àl’article de Pierre ALBAN dans le RCM n°248 : il l’a torturé en vol de pente sous toutes ses coutures... C’est le Scorpion qui a gagné !
ATTERRISSAGE :
Aucun doute, la finesse est là. J’ai dà» rater au moins 20 atterrissages avant de me persuader qu’il fallait le présenter en entrée de terrain àun mètre de haut pour espérer se poser 50 mètres plus loin pleins aérofreins sortis... Comme précisé dans le chapitre vol lent, il est même possible de prendre le dernier virage lent àforte incidence sans décrocher.
Une petite anecdote pour le prouver : De nombreux candidats étaient venus s’entraîner àl’AMCY pour le concours lancer main EURO-TOUR du lendemain.
Résultat, une quinzaine de lanceurs et chronométreurs éparpillés sur le terrain, et des planeurs un peu partout en l’air. Pas de problème , approche lente aux aérofreins, et slalom géant (aux grandes incidences et àfaible vitesse) entre les lanceurs pour poser le Scorpion àchaque fois près de moi ! (Si j’avais senti que la bête ne le permette pas en toute sécurité, je me serais bien évidemment abstenu !!)

CONCLUSION

En conclusion, un petit planeur monstrueusement sympathique et attachant, véloce mais pas vicieux, avec une palette de vitesse allant du lancer main àballe de fusil.
Un planeur parfaitement adapté au catapultage, et très réputé àla pente (que j’attends de tester avec impatience). Un sacré petit paquet de bonheur volant, d’une qualité de vol et de construction très attachante, pour un rapport qualité/prix imbattable ! En bref, plus je vole avec et plus j’apprends àl’apprécier.

CARACTERISTIQUES :

nom : SCORPION 2
fabricant : CCM
type : planeur 60"
Envergure : 1,52 mètres
Surface alaire : 19.9 dm²
Poids : 600 à700 gr (selon équipement et ballast)
Charge alaire : 32,5 gr/dm2 (masse : 645 gr)
Profil : MH43-0 - ailes et empennages elliptiques
Construction : tout fibre, peint dans le moule.
Prix : 225 Euros

Liens

CCM : http://www.chez.com/cevennesconcept

TOPMODEL : http://www.topmodel.fr/f_acc_frame.htm

NPM : http://newpower-modelisme.com

PS : je vous ferai peut-être bientôt un petit article sur les catapultes, avec des photos du Scorpion en vol !
Pour tout renseignement complémentaire, mon adresse Email : angiwe@club-internet.fr