Annexe : Simulation Visuaéro 2000 du CANARI

, popularité : 42%

L’excellent logiciel VISUAERO 2000 m’a permis de sentir le comportement de la bête.
Et les essais ont bien confirmé le tempérament simulé.

Tout d’abord, quelques simulations sur le profil retenu : le très creux et très fin BE50.
J’ai limité les tracés de polaires aux Reynolds 60000/75000/100000 qui correspondent aux domaines de vol du CANARI :

Polaire Cz=f(Cx) :

Tracés de Cz et Cm0 = F(_) :

Distribution des pressions :

Distribution des vitesses :

Intéressons-nous maintenant aux courbes caractérisant le volatile.

Modélisation du CANARI :

Reynolds = f(Vitesse) :

Et enfin, la finesse en fonction de la vitesse :

Cette dernière courbe, très instructive reflète bien le comportement en vol du CANARI.

* Il est tout àfait capable de voler àmoins de 4 m.s-1. Vous pouvez donc trottiner àcôté, ou le rattraper dans la main sans angoisse ou sans blessure ...Les vols réels ont complètement confirmé ce comportement.

* Avec un finesse optimale de 12 (àVz = -0.55 m.s-1 et VH=6.5 m.s-1), Il peut sans problème parcourir beaucoup plus de 150m après un bon lancer de 15 m, soit un vol de plus de 30 secondes sans ascendance. Les vols ont en effet confirmé un minimum de 35 à40 secondes, selon la qualité du lancé (et ce n’est pas mon fort !)

* Il peut avancer fort bien, dès que l’on pousse un peu sur la profondeur. Sa finesse lui permet de restituer en altitude la vitesse emmagasinée, d’autant mieux qu’il aura été un peu ballasté.
Sans ballast, il reste néanmoins àdes vitesses parfaitement maîtrisables : il ne se transforme pas en F3F, mais cela lui permet d’échapper rapidement àdes zones descendantes. Par contre, dès que le vent se lève, il ne faut pas hésiter àcharger la mule (ballast d’au moins 100gr) car le fait qu’il se fasse ballotter comme une feuille morte n’apparaît pas sur la simulation...

Pour les personnes intéressées, je pourrai communiquer les tracés pour des configurations différentes (masse, etc. ...) : angiwe@club-internet.fr .